Jouons avec les mots

On puzzle, on dépuzzle, on repuzzle

Mais ça va pas donc on redépuzzle. Courage, on rerepuzzle. Et pis on finit par envoyer valser ce puzzle, parce que faire un puzzle c'est chiant... J'aime pas les puzzles (surtout ceux qui représentent des paysages de pays qu'on connaît pas, et qu'on a encore moins envie de connaître après !).
Les meilleurs assemblages sont ceux que l'on fait avec les mots. Libre à nous de choisir quelques pièces de ce puzzle géant qu'est le dico, et de s'essayer à des mélanges orgasmo-jouisso-contento ludiques !


Quelques mots échappés de ma caboche :



Ce qu’il y a d’énervant avec les acteurs c’est qu’il faut toujours tout leur expliquer. Leur dire pourquoi ci, pourquoi ça... Si ça continue ils vont finir par me demander de les diriger !

Ce qui nuit à l’homme, c’est clairement l’homme, pas la femme.

Privilégier le dialogue à l’action c’est être trop tendre. Privilégier l’action au dialogue, c’est être trop dur. Et si on privilégiait la réflexion ?

Pardonner est un aveu de faiblesse car c’est reconnaître ne pas avoir la force de châtier.

Quand tu travailles dur, tout est à ta portée !
Quand tu es généreux, tu es à la portée de tous !

Aimer son prochain… D’accord ! Mais moi, qui va m’aimer ?

En cette fin de 20ème siècle l’homme a su développé à son nec plus ultra le trait de caractère devenu indispensable pour réussir dans la vie : « La superficialité ».

Nous sommes le 06 février 2003. Les femmes sont toujours habillées comme des petites salopes, les hommes toujours aussi pervers…

Je suis égoïste dans un souci pratique ! Ainsi pour vous point de tracas, vous me savez entre de bonnes mains !

Oh non ! Je ne lui propose pas mon aide, il serait capable d’accepter !

L’amour, l’amour… Et le sexe bordel !

« Pas de nouvelles, bonnes nouvelles » (Proverbe particulièrement apprécié et cité lorsque l’on à un proche mourant)

Nombreuses sont les personnes qui aiment parler d’elles-mêmes… Mais le je en vaut-il la chandelle ?

Avant de solliciter l’aide de quiconque, assurez vous d’abord qu’en vous aidant ces personnes auront quelques profits à en tirer.

Aider par charité mes frères et mes sœurs… Evidemment ! Tant que j’y trouve mon compte…

On dit qu’il faut prendre le temps d’aimer… Mais enfin… Pour aimer comme je le voudrais il me faudrait plusieurs vies !

L’apparence, le trait le plus futile qui soit, est cependant la seule chose à laquelle les femmes puissent se remettre pour concrétiser leurs rêves.

L’emploi du temps d’un fainéant est l chose la plus inflexible qui soit car il ne laisse jamais place à l’imprévu.

Les femmes nous rendent folles, enfin… fous. Et bien… C’est bien ce que je vous disais !



Sylvain Giannetto

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire