Décontractés du gland !

Maître Yoda
Maître Yoda

The Big Idea !

Ce matin m'est venue une idée que je trouvais bigrement originale : gambader dans Paris en compagnie de mon géranium d'intérieur, et demander aux passants de poser à ses côtés. Je me disais que ça c'était un délire fun et jamais vu ! Je me voyais bien devant le Moulin Rouge, demander ça aux charmantes étrangères. Ok, un peu comme dans Amélie Poulain, sauf que là, le bec-de-grue remplaçait le nain. J'ai vite déchanté lorsque j'ai vu sur internet que des centaines de personnes faisaient le même genre de plan.

L'une d'entre elles a par exemple fait voyager sa chenille en plastique dans le monde entier ; la bestiole a eu le privilège d'être prise en photo à Manhattan, au pied des pyramides, ou encore sur la place rouge moscovite... Une autre a fait pareil, mais avec une poupée de sa conception qu'elle faisait prendre la pose dans des lieux urbains undergrounds. J'ai aussi le souvenir d'un comédien et d'une comédienne rencontrés il y a 2 ans ; tous les deux parlaient avec enthousiasme d'un livre qui avait le remarquable pouvoir d'entretenir la créativité. Ils m'expliquaient que le but consiste à chaque jour exercer une activité créatrice ; peindre, écrire, prendre une photo. Tout, pourvu que l'on crée. Je n'ai jamais compris comment on pouvait se forcer à être créatif. Faut que ça sorte des tripes non ? Pas d'un vulgaire livre. Peut-être qu'ils devraient plutôt se mettre aux livres de recettes culinaires, pour le coup ça serait vraiment ludique.


Je repense aussi à un réalisateur que j'ai croisé quelques fois. Pour la réalisation d'un clip il a pensé à une idée originale : mettre le groupe en travers de la circulation, dans les rues de Paris, et donc de provoquer le chaos. Donc oui, ça a foutu le bordel, oui c'est culoté, mais n'est-on pas plus dans le registre Mickael Youn des années "Morning Live" ? C'est ça être original ?


La Blogothèque
La Blogothèque

Quelque chose que j'adore, c'est les concerts à emporter (www.blogotheque.net). Des groupes performent en live, dans la rue, dans une chambre d'hôtel, en toute simplicité. C'est frais, c'est simple, on se concentre vraiment sur l'artiste ; le concept est enthousiasmant.

Donc, pour en revenir à nos moutons, que devons-nous en déduire ? Sommes-nous tous devenus de grands créatifs ? Absolument pas !



Fils de Pub !

Je rappelle que nous sommes issus de la génération pub, et tout ce que l'on aime nous a été enseigné - marqué au fer rouge - depuis notre naissance. Au fil du temps notre esprit s'est donc adapté aux règles usuelles. Alors oui, parfois certaines personnes parviennent à sortir du lot, en étant encore plus originales, plus inattendues que les autres. C'est là qu'on crée le buzz. On fait marcher des filles à poil dans les rues de Paris pour un clip dont on ne retiendra jamais la musique...


Les Valseuses de Bertrand Blier
Les Valseuses de Bertrand Blier

Je repense à Depardieu et Dewaere dans "Les Valseuses". Aujourd'hui nous sommes tous un peu à leur image : décalés, marginaux et partisans du moindre effort, à moins que ça permette de donner des sensations. "On est pas bien là ? A la fraîche... Décontractés du gland !".


On veut tous être impertinents et décalés, car c'est officiellement fun d'agir de la sorte. On va encenser un Stéphane Guillon, car il fait de l'esprit et qu'il manie le verbe comme d'autres, antan, maniaient l'épée. Faut que ça balance, que ça soit irrévérencieux ! Pas grave, on deviendra subtils plus tard !


Quelle bande de cons arrogants et égocentriques nous sommes, moi le premier... Oh mon Dieu... Par exemple, combien de personnes en France ont un blog ? Je traduis. Combien de personne dans notre bon vieux pays s'autorisent à dire ce qu'elles pensent tout haut et à critiquer ça ou ça ; ce que je suis moi-même en train de faire ! N'est-ce pas clair qu'il s'agit d'une forme de mépris pour les autres que d'avoir SON blog ? Oui, on appelle ça le narcissisme.

Il paraît qu'un français sur 10 est chef de quelque chose... C'est un chef d'entreprise, également président d'une association, qui me l'a affirmé. Il semblait d'ailleurs assez dépité à l'idée que cette cicatrice qu'est le nombril puisse à ce point être le centre de notre attention.
Donc, si lorsque l'on tente d'être originaux on ne fait finalement que reproduire, avec plus ou moins de talent, ce qu'on nous a inculqué depuis l'enfance, qu'est-ce donc être original ?


J'ai ma petite idée. L'original contemporain serait celui qui ne cherche pas à épater la galerie à tout prix ; celui qui parlerait de ce qu'il sait uniquement quand on le solliciterait ; celui qui entreprendrait et prendrait des risques, sans se soucier de ce que les autres feraient à sa place ; celui qui serait capable de se promener que pour le plaisir de la promenade ; celui qui verrait la terre comme un vaste champ d'expérimentations, et non pas comme un showroom ; celui qui croquerait avec enthousiasme dans un fruit sans se demander en grimaçant si c'est bio...


Sylvain Giannetto

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire