Jouer le jeu de la vie ou vivre...

La grande différence entre « Jouer le jeu de la vie » et « Vivre »

Lorsque l’on écrit un scénario, un roman, une nouvelle, on joue justement ce jeu de la vie, notre imagination nous tenant à distance du monde autour, quand bien même nous traiterions d’un sujet qui nous touche personnellement.
C’est comme si nous établissions un filtre entre la réalité et nous-même.

On peut très bien s’accommoder de ça, mais le fait est que nous avons tous besoin d’expérimenter de nouvelles situations, de vivre des aventures inédites, de voir de nouvelles têtes, de nous lancer des défis inhabituels et de nous surpasser dans telle ou telle activité, avec tout un lot de surprises à la clé. En fait nous avons un besoin viscéral de nous confronter au monde réel, car c'est bien là que tout se passe. Il en va de notre équilibre psychique.

Souvent je pense à Friedrich Nietzsche, qui a sombré progressivement dans la démence, souffrant vraisemblablement d'une psychose maniaco-dépressive, ou encore à Franz Kafka, victime de dépression et de phobie sociale. Des êtres talentueux, auteurs d'œuvres immenses, mais qui à cause d'une propension à "ruminer" les idées noires (certains parlent de lucidité) et à se couper du monde, ont vécu des existences très douloureuses. Pourtant, aussi cyniques et désespérés qu'aient été ces hommes, n'aspiraient-ils pas tout simplement à une existence heureuse ? Ayant étudié quelques unes de leurs œuvres, je le pense.

Citation de Nietzsche
Nietzsche semblait un peu... comment dire... torturé ?
Prendre du recul sur le monde et en accoucher d'une vision originale, oui, mais il est important de ne jamais couper le lien avec nos semblables. Se laisser aller à une vision trop pessimiste c'est selon moi afficher un certain mépris pour celles et ceux qui chaque jour font l'effort d'avancer. Se questionner sur le sens de la vie est propre à chacun, mais l'important est de profiter pleinement de cette vie qui nous est offerte, de savoir parfois observer et comprendre ce qu'il se passe autour de nous tout en continuant d'être un acteur incontournable de notre propre vie et de notre communauté.

Ce n'est pas facile de trouver le bon dosage, mais nous avons beaucoup à y gagner d'essayer !




Sylvain Giannetto

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire